Maman est aide-soignante

maman as
3h du mat’ on tient la forme!

Après plusieurs années de galères, d’études non terminées, de petits boulots et de disettes c’est en 2010 que j’ai enfin passé un diplôme qui allait me permettre d’avancer dans ma vie et de trouver une certaine stabilité: je suis devenue aide-soignante!

Cette année là j’ai également rencontré mon chéri, le papa de Babygirl, qui lui aussi avait galéré et avait également choisit cette voie là.

Nous vivions notre petit train train tranquillement, nos horaires nous les acceptions sans problèmes. Nous étions un jeune couple sans enfants et nous profitions bien de nos jours décalés pour profiter de la vie à notre rythme. Nous passions des week-ends en pleine semaine ou dormions tout le jour quand nous étions de nuit. Nous passions aussi parfois des journées seuls, chacun de son côté. L’un bossait et l’autre glandais et inversement. On ne se posait pas plus de question que ça.

Mais fin 2013, une petite bestiole  blonde est venue chambouler toute notre « organisation ». J’ai passé 9 mois à m’occuper de ma fille, 9 mois difficile pour moi et ou subitement les journée de travail de mon chéri devenait insupportablement longues. Entre les biberons, les couches et les nuits trop courtes, l’absence de mon conjoint devenais terriblement pesante. Puis j’ai moi-même reprit le chemin du travail et c’est là que vraiment nous avons commencer à galérer!

Depuis 2014 nous ne faisons que jongler. Par faute de moyens et de places, nous avons décidés de ne pas embaucher de nounou, ni de là mettre en crèche. Je suis passée en mi-temps et pourtant on ne fait que courir. Pour les gens qui connaissent un peu le milieu ce n’est pas une nouveauté, être aide-soignant dans un EHPAD (et surtout dans une unité de vie protégée pour patients atteints de démence) implique des horaires de dingues, une fatigue physique et nerveuse constante et très peu de reconnaissance. J’aime malgré tout mon métier, même si physiquement je me voit mal faire ça jusqu’à la retraite mais ce n’est vraiment pas un métier qui favorise une vie de famille épanouie. Nous avons la chance d’avoir la Mamèma, une tante de ma maman, 75 ans, qui habite juste à côté de notre maison. Elle nous dépanne dès que nécessaire et je l’en remercie grandement car depuis la naissance de ma fille, elle nous à quand même énormément aidée. Sans elle je ne sais comment on aurait pu gérer.

Nous avons tout de même la chance d’avoir des horaires assez flexible dans le sens où il est plutôt facile d’échanger un poste avec une collègue bienveillante mais aussi faut-il pouvoir, que elle qui à aussi une vie de famille puisse changer. Parfois il n’y à qu’une demi-heure ou personne n’est à la maison: quand l’un part et l’autre rentre. Nos horaires sont tellement variable que finalement nous passons notre vie à nous croiser…

Nous sommes constamment attachés à nos planning respectifs et à mon planner ou je note absolument tout pour ne rien oublier (voir ici). Voir nos amis demande parfois des semaines d’attentes, histoire d’avoir un week-end de libre ensemble. Oui parce que nous avons également beaucoup de soignants dans notre cercle familiale et amicale! Alors essayer de caler 4 AS en même temps à une soirée et vous pourrez en profiter pour jouer au loto!! Allez au ciné devient aussi un marathon parce que bien des fois le film est déjà déprogrammé, passer les fêtes de fin d’années, les anniversaires ensemble: un vrai challenge…

Heureusement que notre fille à vite pris le plis. Elle connait cette situation depuis toute petite et elle sais que maman et papa soignent des papys et des mamys et elle nous questionne beaucoup à ce sujet. Notre absence n’est pas pour elle un sujet d’angoisse malgré l’imprévisibilité de nos horaires. Hier par exemple j’étais posté l’après-midi, aujourd’hui en RH et demain et le suivant de nuit. Elle ne se mine pas, jour après jours elle accepte nos absences et ça ne l’étonnes même pas. Maintenant elle va à l’école ce qui nous laisse un peu plus de marge de manœuvre début d’après-midi parce que l’école commence pile quand je doit partir au boulot et son père peut la rechercher en rentrant du sien, c’est déjà un soucis de moins!

Être maman aide-soignante n’est franchement pas de tout repos et je tire mon chapeau à celles qui ont plusieurs enfants et qui sont dans le même cas que nous. Notre emploie du temps ne ressemble à aucun autre, nos journées sont toutes différentes. Nous sommes constamment crevée et parfois j’ai l’impression que je ne sais même plus ou j’habite et qui est mon enfant: Babygirl ou mes petits Alzheimer? 🙂 Je pense que plus notre fille gagnera en autonomie et plus facile ce sera de maîtriser tout nos horaires. En attendant on continue comme ça; et avec le sourire parce que bientôt c’est les vacances!

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s